Reconnaître ses erreurs : un prix Nobel intègre en a été capable !

Les rétractations d’articles pour erreur ou fraude sont rares, mais quand elles existent sont très vertueuses : félicitons l’intégrité d’un grand chercheur.

Un article est rétracté de la littérature si ses auteurs ou des lanceurs d’alerte ont mis en cause ses données preuves à l’appui. Il y a environ 1 300 rétractations par an… Pour environ 2 millions d’articles publiés… Deux causes de rétractation sont fréquentes : l’erreur et la fraude.

Jack W. Szostak, biologiste américain, a partagé le prix Nobel de physiologie et médecine en 2009 avec deux collègues. Ils ont décrit la protection des chromosomes par les télomères et la télomérase. Et ce chercheur intègre donne l’exemple, BRAVO ! En effet, il a demandé de rétracter de la littérature deux de ses articles… Une démarche volontaire !

Pour l’un des deux en particulier (Nature Chemistry, 2016), la notice de rétractation détaille en 21 lignes les parties non réplicables et les parties fiables de ses recherches. Jack W. Szostak et les autres auteurs remercient la chercheuse de leur laboratoire qui les a aidés en signalant des problèmes et ils présentent leurs excuses à la communauté scientifique.

Dans une interview sur le blog Retraction Watch1, Jack W. Szostak reconnaît une situation classique en recherche : « Nous étions complètement aveuglés par nos croyances [en nos résultats]… Nous n’avons pas été aussi attentifs et rigoureux que nous aurions dû l’être en interprétant nos expériences ». Si tous ceux qui prouvent qu’ils ont raison en torturant des données étaient intègres, combien d’articles faudrait-il rétracter par an? Probablement 100 000, voire plus…

Source : Stern V. ‘Definitely embarassing’ : Nobel laureate retract non-reproducible paper in Nature journal. Retraction Watch 2017; December 5. www. retractionwatch.com

Hervé Maisonneuve est médecin, professeur associé en santé publique, avec une activité de formation en rédaction scientifique, et blogueur : www. redactionmedicale.fr

Portrait de La rédaction
article du WUD 38

 

Vous aimerez aussi

La vie continue !
Publier les essais cliniques est un devoir vis-à-vis des patients ayant participé à la recherche, mais ce n’est pas toujours fait !
De quels médecins rions-nous ? Du chirurgien se prenant pour Dieu ou du psychiatre qui, à la différence des trains, ne s’arrête pas quand il déraille...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.